L’équipe de recherche de la Société canadienne de la SLA a relevé les principales nouvelles scientifiques qui ont fait les manchettes en 2021 et un aperçu des nouvelles prometteuses pour 2022.

Un éventuel troisième traitement pour la SLA en cours d’examen par Santé Canada                     

L’AMX0035 est un médicament à prise orale renfermant deux petites molécules qui contribueraient à préserver la santé des motoneurones en combinaison. Les résultats de la phase 2 ont montré que l’AMX0035 est sécuritaire et qu’il ralentit le déclin fonctionnel d’environ 25 % chez les participants ayant reçu le médicament actif comparativement à ceux ayant reçu le placebo. Une analyse de suivi des données à long terme de la prolongation ouverte de l’essai a démontré qu’un traitement précoce par l’AMX0035 peut également prolonger la survie des personnes atteintes de la SLA.

En août 2021, Amylyx a annoncé que Santé Canada avait accepté sa présentation de nouveau médicament (PNM) pour l’AMX0035 comme traitement pour la SLA. Cette étape a déclenché l’examen réglementaire exhaustif de ce traitement, actuellement en cours. Une décision concernant l’approbation est attendue à la mi-2022. Vous pouvez en apprendre davantage sur la façon dont les nouveaux médicaments deviennent accessibles au Canada ici.

En octobre 2021, l’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS) a publié un appel d’observation des patients pour l’AMX0035. Cette étape est essentielle pour s’assurer que les réalités de la SLA sont bien comprises des décideurs de l’ACMTS, agence qui recommande ultimement si les régimes publics d’assurance-médicaments doivent couvrir un médicament s’il est approuvé par Santé Canada. En décembre 2021, après avoir sondé plus de 600 personnes touchées par la maladie, la Société canadienne de la SLA a remis à l’ACMTS les observations des patients, qui peuvent être lues ici. De plus, pour la première fois dans l’histoire d’un traitement de la SLA en cours d’examen, un appel à contribution des cliniciens a été lancé pour l’AMX0035. La Société canadienne de la SLA a aidé le Réseau canadien de la recherche sur la SLA (CALS) à élaborer sa soumission pour le traitement.

Un essai clinique mondial de phase 3 de l’AMX0035 est actuellement en cours pour étudier davantage l’efficacité du médicament. L’essai PHOENIX recrutera environ 600 participants dans 65 centres aux États-Unis et en Europe. Amylyx a également soumis récemment des demandes de commercialisation à deux autres organismes de réglementation, la FDA aux États-Unis et l’EMA en Europe.

Comme notre communauté le sait malheureusement trop bien, il est urgent que les personnes atteintes de SLA aient accès à des traitements éprouvés et efficaces. Un examen effectué simultanément par Santé Canada et par l’ACMTS n’est qu’une étape parmi plusieurs visant à harmoniser les processus d’accès aux médicaments. Nous espérons que cet élan créé par l’AMX0035 entraînera les futurs traitements de la SLA actuellement en cours de développement.

Biogen annonce les résultats de l’étude de phase 3 sur le tofersen

Le tofersen est un médicament expérimental faisant l’objet d’une évaluation à titre de traitement d’une forme génétique de SLA causée par des mutations du gène SOD1. Après les résultats prometteurs d’un essai clinique de phase 1/2, la communauté de la SLA attendait avec impatience les résultats de l’étude VALOR de phase 3, qui ont été annoncés en octobre 2021.

Bien que les résultats n’aient pas montré de changement statistiquement significatif dans la progression de la maladie évaluée selon l’échelle ALSFRS-R, de multiples mesures secondaires et exploratoires (notamment la fonction respiratoire, la force musculaire et la qualité de vie) ont indiqué que le traitement pouvait avoir un effet positif.

Il est clair pour la communauté scientifique et médicale qu’une analyse plus approfondie des données de l’essai sera nécessaire pour comprendre pleinement les résultats complexes et évaluer si le tofersen peut avoir un effet cliniquement significatif chez les personnes atteintes de SOD1-ALS. Dans l’intervalle, Biogen a toutefois élargi l’admissibilité à son programme d’accès précoce à toutes les personnes atteintes de SOD1-ALS.

Biogen a également lancé l’étude ATLAS, étude qui cherchera à déterminer si un traitement précoce par le tofersen peut retarder de manière significative l’apparition des symptômes cliniques. Jamais testée cliniquement auparavant, l’intervention précoce est depuis longtemps considérée comme un domaine clé à étudier dans la SLA. L’essai ATLAS est une prochaine étape importante non seulement pour l’évolution du tofersen pour la SOD1-ALS, mais également pour paver la voie aux futurs essais concernant la SLA.

Les résultats de deux essais cliniques de phase 3 sur la SLA ne répondent pas aux attentes

L’année dernière, Alexion Pharmaceuticals et Orphazyme ont tous deux annoncé des résultats négatifs de leurs études de phase 3 sur l’Ultomiris (ravulizumab) et l’arimoclomol, respectivement.

Ultomiris (aussi appelé ravulizumab) est un médicament qui contient un anticorps qui cible une protéine spécifique du système immunitaire appelée C5, qu’on croyait jouer un rôle dans la SLA. Les chercheurs espéraient qu’en bloquant cette protéine dans les cellules, ils seraient en mesure de ralentir la progression de la maladie. Un essai clinique mondial de phase 3 pour étudier Ultomiris, appelé CHAMPION-ALS, a été lancé au début de 2020, a recruté 382 participants et devait se dérouler sur un total de 50 semaines. Cependant, une analyse des données intérimaires par le comité de surveillance des données de l’essai a révélé que le médicament n’était pas efficace pour ralentir la progression de la maladie. L’essai a donc été arrêté prématurément en août 2021 en raison d’un manque d’efficacité.

En mai 2021, Orphazyme a annoncé les résultats de son essai clinique de phase 3 de l’arimoclomol dans la SLA. L’une des caractéristiques spécifiques de la SLA et de nombreuses autres maladies neurodégénératives est que des protéines peuvent se replier de la mauvaise façon et s’agréger, ce qui peut entraîner des lésions aux cellules nerveuses. L’Arimoclomol est un médicament oral qui augmente la production d’un groupe de protéines appelées protéines de choc thermique (HSP) qui empêchent le mauvais repli des protéines dans les cellules. L’étude de phase 3 sur l’arimoclomol n’a malheureusement pas atteint ses objectifs primaires et secondaires, ce qui signifie que le médicament n’a pas pu retarder de façon significative la progression de la maladie ni prolonger la survie des personnes atteintes de la SLA.

Tous les nouveaux traitements contre la SLA nous font espérer des résultats encourageants et, comme tous les autres acteurs du milieu, la Société canadienne de la SLA a été déçue par les résultats observés. Toutefois, comme c’est le cas pour tous les essais cliniques, les données, les observations et les renseignements obtenus seront très utiles pour façonner un avenir sans SLA.

Autres développements dans la recherche clinique sur la SLA

En décembre 2021, Mitsubishi Tanabe Pharma America a annoncé les résultats de son essai clinique mondial de phase 3 testant une formulation orale d’édaravone pour le traitement de la SLA. L’édaravone, ou Radicava, a été initialement approuvé par Santé Canada en octobre 2018 et est généralement administré par perfusion intraveineuse (IV). Les résultats préliminaires du nouvel essai clinique de phase 3 étudiant la formulation orale du médicament ont révélé qu’elle est sûre et semble avoir une capacité semblable à celle de la forme IV à atteindre la moelle épinière. Étant donné le schéma posologique relativement intensif recommandé pour l’édaravone, une option de traitement qui peut être pris par voie orale pourrait améliorer considérablement la qualité de vie des gens atteints de SLA. La Société canadienne de la SLA est en contact avec Mitsubishi Tanabe Pharma Canada depuis de nombreuses années et s’attend à ce que le Canada soit un endroit prioritaire pour obtenir l’approbation de l’édaravone par voie orale.

L’année dernière, Clene Nanomedicine a également annoncé les premiers résultats de son essai clinique de phase 2 concernant le CNM-Au8, appelé RESCUE-ALS. CNM-Au8 est une suspension liquide orale de nanocristaux d’or censée améliorer la fonction et la survie des motoneurones en augmentant la production d’énergie dans les cellules et en réduisant le stress oxydatif. Bien que l’essai clinique n’ait pas satisfait aux objectifs primaires et secondaires, la société a indiqué qu’elle était satisfaite des résultats qui ont montré un potentiel d’efficacité et qu’il était donc important de confirmer les résultats dans un essai clinique de plus grande envergure. CNM-Au8 est également en cours de test dans l’essai HEALEY ALS Platform, dont les premiers résultats sont attendus dans la seconde moitié 2022. Nous attendons avec impatience de mieux connaître les bienfaits potentiels de CNM-Au8 plus tard cette année.

Enfin, les données de l’étude de phase 3 du NurOwn®, commandité par BrainStorm Cell Therapeutics, ont été publiées à la fin de l’année dernière dans la revue évaluée par des pairs Muscle and Nerve. Comme annoncé, les données n’ont pas démontré un bénéfice statistiquement significatif pour les personnes traitées avec NurOwn® par rapport au placebo. Cependant, l’analyse continue des données publiées au sein de la communauté scientifique et médicale permettra de déterminer s’il y a un intérêt à poursuivre les recherches sur ce traitement.

De nouvelles occasions de renforcer les liens au sein de la communauté canadienne de la SLA 

Chaque année, la Société canadienne de la SLA réunit les plus brillants esprits de la recherche sur la SLA au Canada dans le cadre d’un forum de recherche de deux jours afin de discuter des travaux des chercheurs et de favoriser les nouvelles découvertes dans ce domaine qui évolue rapidement. Après l’annulation de notre événement en 2020 en raison de la pandémie, nous avons réuni la communauté en toute sécurité en 2021 dans un format virtuel.

Plus de 300 personnes ont participé à l’événement virtuel, qui comprenait des présentations sur les plus récentes recherches fondamentales, translationnelles et cliniques sur la SLA menées dans tout le pays. Pour la première fois, nous avons eu le plaisir d’accueillir également 13 boursiers de la communauté identifiés par un processus de candidature et d’évaluation. Ce programme pilote a permis aux personnes touchées par la SLA d’avoir un aperçu de l’étendue de la recherche sur la SLA en cours au Canada et d’entrer en contact avec ceux qui la dirigent.

En 2021, la Société canadienne de la SLA a lancé l’Institut canadien pour l’apprentissage sur la SLA (Canadian ALS Learning Institute). Développé par et pour les personnes touchées par la SLA, l’Institut d’apprentissage offre aux participants une expérience d’apprentissage en ligne, en petits groupes, pour comprendre le paysage canadien de la SLA, notamment la recherche clinique, le développement de traitements, ainsi que le processus par lequel les nouveaux traitements sont approuvés et deviennent accessibles aux Canadiens. L’Institut a permis aux participants d’en apprendre davantage sur le processus de recherche sur la SLA et sur la façon de militer efficacement pour l’accès aux traitements approuvés par Santé Canada.

Nous sommes très reconnaissants d’avoir eu l’occasion de réunir la communauté canadienne de la SLA en 2021 pour favoriser le partage des connaissances et le renforcement des liens entre les chercheurs, les cliniciens, les personnes vivant avec la SLA et leurs soignants, et nous nous réjouissons de poursuivre ces échanges en 2022.

Obtention du financement pour soutenir le développement de la plateforme CAPTURE ALS

En avril 2021, la Société canadienne de la SLA et Brain Canada ont annoncé qu’ils s’étaient associés à Alnylam Pharmaceuticals et Regeneron pour soutenir CAPTURE ALS, une plateforme canadienne conçue pour réunir les patients, les médecins et les chercheurs afin d’étudier la SLA.

CAPTURE ALS fournit les systèmes et les outils nécessaires pour recueillir, stocker et analyser des quantités substantielles de données sur la SLA, ce qui permet de créer le portrait biologique le plus exhaustif possible des personnes atteintes de SLA jamais. Il est essentiel de comprendre la raison qui explique pourquoi la SLA est différente (variabilité clinique) chez chaque personne afin de traiter efficacement la maladie.

Dirigé par une équipe de chercheurs fondamentaux et de cliniciens de renommée mondiale, CAPTURE ALS combinera toutes les données recueillies auprès de patients atteints de SLA et de personnes en bonne santé dans le but d’identifier des sous-types uniques de SLA, de fournir de nouvelles données importantes pour l’étude globale des biomarqueurs et de créer des informations qui serviront de base aux efforts de médecine personnalisée à l’avenir.

La subvention de 2,85 millions $ accordée à CAPTURE ALS permettra de recruter les 100 premières personnes atteintes de SLA (et de maladies apparentées) et 25 témoins sains. La Fondation des Flames de Calgary a fait don de 240 000 $ supplémentaires à CAPTURE ALS en décembre 2021, afin de soutenir le recrutement de 20 personnes supplémentaires atteintes de SLA. C’est grâce à de généreux donateurs comme ceux-ci que la plateforme sera ouverte au recrutement au début de l’année. Les participants potentiels peuvent en savoir plus ici.

De nouveaux essais cliniques sur la SLA prometteurs sont en cours

La société pharmaceutique Cytokinetics a lancé un essai clinique mondial de phase 3 évaluant le reldemsetiv dans la SLA. Le reldesemtiv est un médicament oral activateur de muscle, conçu pour augmenter la capacité d’un muscle à se contracter avec une stimulation nerveuse réduite. Le développement de ce médicament fait suite à un essai clinique de phase 2 qui a montré qu’il pouvait contribuer à ralentir le déclin des fonctions musculaire et respiratoire chez les personnes atteintes de SLA. L’essai, qui comprend 11 centres canadiens, recrute actuellement des participants.

Pour la toute première fois, plusieurs essais cliniques sont en cours pour cibler des formes génétiques spécifiques de la maladie. Il s’agit notamment de l’étude de phase 3 de Ionis Pharmaceuticals sur ION363, qui cible le gène FUS, de l’étude ATLAS de Biogen sur le tofersen chez des personnes présymptomatiques atteintes de SOD1-ALS et de l’étude de phase 1b/2a de Wave Life Sciences sur WVE-004 chez des personnes atteintes de SLA porteuses d’une mutation C9ORF72.

Apellis Pharmaceuticals, Eledon Pharmaceuticals et Annexon sont trois sociétés qui mènent actuellement des essais cliniques de phase 2 distincts dans différents centres canadiens, dans le but d’inhiber certains aspects des mécanismes inflammatoires de l’organisme qui contribueraient à la progression de la maladie. Calico Life Sciences est également le commanditaire d’une étude de phase 1 en cours sur la SLA évaluant l’ABBV-CLS-7262, un traitement expérimental oral dont l’effet neuroprotecteur a été démontré dans des modèles murins de SLA.

Cette année, en partenariat avec Sanofi, Denali Therapeutics prévoit également de lancer un essai clinique de phase 2 sur SAR443820 dans la SLA. Le SAR443820 est un traitement expérimental conçu pour bloquer une protéine spécifique appelée RIPK1 qui a été liée à l’inflammation du cerveau. L’essai, appelé HIMALAYA, devrait commencer au premier trimestre de 2022.

Pour en savoir plus sur les essais cliniques en cours dans les différents centres du Canada, veuillez consulter notre site Web ici.

Les nombreux traitements en développement sont source d’espoir pour l’avenir   

Plus de 2 500 études de recherche sur la SLA ont été publiées dans des revues examinées par des pairs en 2021, battant ainsi le record établi en 2020. Malgré les fermetures de laboratoires durant les premiers stades de la pandémie, les scientifiques ont pu poursuivre leurs travaux en analysant les données et en rédigeant des articles de recherche, ce qui se reflète dans l’ampleur des travaux publiés.

Ces études nous ont non seulement aider à mieux comprendre la SLA, mais elles ont également permis d’identifier de nombreuses nouvelles cibles thérapeutiques et de nouveaux biomarqueurs en laboratoire, qui devraient bientôt faire l’objet d’études cliniques. Et comme des centaines de sociétés pharmaceutiques investissent désormais dans le développement clinique de la SLA, l’espoir d’une percée thérapeutique dans un avenir pas si lointain est très grand.

Engagement constant de la Société canadienne de la SLA en matière d’investissement dans la recherche sur la SLA

Grâce à la générosité de donateurs et de partenaires, la Société canadienne de la SLA sera en mesure d’annoncer le mois prochain les récipiendaires 2021 de subventions à la découverte Société canadienne de la SLA-Brain Canada. Ce programme permettra d’appuyer neuf nouveaux projets de recherche menés par des équipes de recherche pluridisciplinaires dont la mission est soit de découvrir les causes ou des traitements de la SLA, soit d’améliorer la qualité de vie des patients par la prise en charge des symptômes.

Dans les semaines à venir, nous annoncerons également les noms des récipiendaires des bourses de recherche clinique de la Société canadienne de la SLA 2021, dont l’une bénéficie du soutien financier de Mitsubishi Tanabe Pharma Canada (MTP-CA), et des concours de bourses de stagiaire qui offrent une aide salariale à de jeunes cliniciens et chercheurs prometteurs. Ces concours visent à attirer les esprits les plus brillants vers la recherche canadienne sur la SLA et à renforcer les capacités pour l’avenir.

Nous nous réjouissons également de présenter quatre nouveaux concours de subventions en 2022 en partenariat avec Brain Canada, tout en continuant à soutenir le Réseau canadien de la recherche sur la SLA (Canadian ALS Research Network ou CALS), car nous sommes déterminés à continuer à soutenir la recherche fondamentale et clinique sur la SLA au Canada.


Pour vous présenter les dernières nouvelles concernant les progrès réalisés en matière de la recherche sur la SLA, l’équipe de recherche de la Société canadienne de la SLA résume régulièrement les découvertes les plus importantes ayant eu lieu tout au long de l’année.

Remarque : Nous incluons les liens vers les publications, car nous savons que certains d’entre vous voudront consulter les articles originaux. Les résumés sont toujours accessibles, mais puisque bon nombre des revues sont offertes par abonnement, il faut parfois payer pour avoir accès à l’article complet.

Posted in: recherche, Research
Tagged: