Un accès rapide et équitable à ALBRIOZA

Les processus actuels d’approbation et de remboursement des médicaments au Canada ne fonctionnent pas d’une manière à refléter les réalités de ce que signifie vivre avec la SLA. Au Canada, même après l’approbation d’un nouveau médicament, les personnes atteintes de cette maladie sont obligées d’attendre des années au cours d’un processus interminable, déroutant et compliqué avant de savoir si les régimes d’assurance-médicaments provinciaux et territoriaux le couvriront.

En juin 2022, Santé Canada a approuvé ALBRIOZA (AMX0035). Toutefois, plus d’un an après le démarrage de l’examen réglementaire, le traitement n’est toujours pas accessible par financement public pour les personnes vivant avec la SLA partout au Canada. Et bien que l’ACMTS recommande le financement public du traitement, elle a inclus des critères restrictifs qui ne correspondent pas aux réalités du diagnostic et du traitement de la SLA au Canada.

L’absence de progrès dans l’accès aux nouveaux traitements de la SLA a un impact négatif sur la communauté SLA. C’est pourquoi la Société canadienne de la SLA a besoin de votre aide pour dire à vos élus qu’il est inacceptable de faire attendre les Canadiens atteints de cette maladie pendant des années pour avoir accès à de nouveaux traitements après leur approbation par Santé Canada.

Agissez ensemble

Le document de prise de position Il est temps d’agir, publié en juin 2021 par la Société canadienne de la SLA – en consultation avec l’ensemble de la communauté canadienne de la SLA – propose deux solutions concrètes et parallèles pour que les thérapies approuvées par Santé Canada soient mises à la disposition des Canadiens vivant avec cette maladie, dans un délai reflétant plus fidèlement l’urgence rencontrée par cette communauté.

Utilisez l’outil de défense électronique ci-dessous pour envoyer un courriel à votre gouvernement provincial et le presser de mettre en œuvre les solutions décrites dans Il est temps d’agir, en remboursant ALBRIOZA sans délai et en veillant à ce que des critères soient mis en place pour permettre à toute personne qui pourrait bénéficier de ce traitement – tel que déterminé par leur clinicien SLA – de recevoir une couverture publique.

Les personnes vivant avec la SLA n’ont pas de temps à perdre. Les provinces doivent défendre un accès rapide et équitable aux traitements approuvés contre la SLA.